Mardi 22 septembre 2020

La grâce de donner (2 Corinthiens 8,1-9)


Lire le texte

Paul aborde maintenant la collecte récoltée pour les chrétiens de Judée d’origine juive qui sont très pauvres. L’apôtre n’a pas un rapport facile avec l’Eglise de Jérusalem qui a reconnu sa mission envers les païens, mais a aussi exprimé des réticences sur sa liberté vis-à-vis de la loi juive. Paul tient à ce geste de solidarité. Cette collecte a connu un début prometteur à Corinthe, puis l’enthousiasme s’est refroidi. Les Macédoniens ont choisi de participer, alors que les Corinthiens n’ont pas encore concrétisé leur engagement. Tite va donc revenir à Corinthe pour finaliser le soutien de l’Eglise. On ne sait pas si cette collecte a abouti et comment elle a été accueillie. Actes 24,17 évoque peut-être cette offrande. Paul s’engage et encourage les Corinthiens en parlant d’une œuvre de grâce. Il donne les Macédoniens en exemple. Ceux-ci ont pris non seulement sur leur superflu, mais sur leur nécessaire. Cela fait penser à l’offrande de la veuve en Marc 12,41-44. Il s’agit de se donner soi-même avant de donner de l’argent. C’est la richesse spirituelle qui justifie le soutien matériel. Donner, cela a une signification spirituelle. C’est se placer à la suite du Christ devenu pauvre pour nous enrichir. Et moi, qu’est-ce qui m’habite quand je donne, de mon temps ou de mon argent? Je suis invité à le vivre comme un acte spirituel à la suite du Christ.

Patrick Schlüter

Prière: O Christ, viens habiter mes actions. Donne-moi de la liberté dans ce je donne afin que je sois dans la joie à ta suite!  

Référence biblique : 2 Corinthiens 8, 1 - 9

Commentaire du 23.09.2020
Commentaire du 21.09.2020